Société Landanger
Nos valeurs Fondation en 1947 Chirurgie, Laparoscopie, Stérilisation Qualité, Recommandations Recrutement Demande d'accès aux catalogues
Nos spécialités
Réception et lavage

Réception et lavage
des instruments neufs

Mise en service

Mise en service

Pré-désinfection

Pré-désinfection

Stérilisation

Stérilisation par
hydrolyse

Traitement

Traitement à la sortie
du bloc opératoire

Nous vous conseillons

Nous vous
conseillons

Nous vous déconseillons

Nous vous
déconseillons

Recommandations de base pour la pré-désinfection,
le nettoyage et la stérilisation des instruments chirurgicaux.


Réception et lavage des instruments neufs
Réception et lavage des instruments neufs
La réception d’un instrument de chirurgie neuf ne devra être confiée qu’à un personnel instruit des procédures à effectuer. Après contrôle de la conformité à la commande, ce matériel pourra être déballé et il conviendra avant tout traitement de s’assurer de son bon état de fonctionnement.
Un instrument qui pourrait paraître déficient devra être retourné dans son emballage d’origine en s’abstenant de toute tentative de «bricolage» sous peine d’annulation de la garantie. Le test au sulfate de cuivre tel que préconisé par l’AFNOR n’a aucune valeur pour valider la qualité d’un acier inoxydable de type Martensitique et ne peut qu’induire en erreur par des résultats faussement positifs.
Le test à l’eau bouillie/bouillante tel que préconisé par l’AFNOR n’offre pas d’intérêt si l’approvisionnement a été réalisé auprès d’un fournisseur qualifié.
Si l’instrument ne doit pas être mis en service immédiatement, le stocker :
• dans un local sec et propre,
• hors de son emballage plastique,
• loin de toute solution acide, même sous récipient fermé,
• à l’écart de tout métal de composition autre et surtout ferreux (dans une ancienne boîte chromée, au contact d’un instrument chromé, etc.),
• à l’abrit de toute surcharge,
• selon une classification permettant une identification facile.

Mise en service
Avant toute utilisation, un instrument neuf doit être nettoyé au détergent efficacement. Ce nettoyage doit être le plus poussé possible, afin d’éliminer toute trace d’huile d’usinage ou de contamination minérale. Cette détersion se fait par immersion dans une solution de détergent dégraissant concentré contenant des phosphates, polyphosphates et alcools gras, pendant une durée de 2 à 24 heures.
Bien rincer ensuite l’instrument à l’eau très chaude, le sécher, puis le soumettre à un cycle de stérilisation. Si l’instrument a un aspect normal, il peut être mis en service. Si des traces marrons apparaissent notamment aux points d’articulation ou dans les stries, renouveler l’opération de détersion jusqu’à nettoyage complet. Attention : des résidus d’huile de ponçage ou de polissage mal détergés donnent, après stérilisation, un aspect de rouille sur l’instrument.
Quelle que soit la méthode utilisée, il convient :
• de ne jamais laver conjointement des instruments chromés et inoxydables,
• d’éviter les contacts avec des solutions agressives à base :
—> d’ions halogénures : chlorures,
—> d’iodures : polyvinylpyrrolidone iodée : la Bétadine
—> de faire le choix d’un bon produit détergent :
———> ne contenant ni chlore ni chlorures,
———> ne contenant pas d’acide,
———> ne contenant pas d’abrasif.
Les meilleurs résultats sont obtenus avec des détergents-dégraissants contenant :
• phosphates,
• polyphosphates,
• alcools gras polyéthoxylés,
• sels minéraux à alcalinité tamponnée.
L’eau utilisée pour le lavage doit être :
• filtrée,
• de qualité potable,
• faible en teneur d’ions calcaires donc adoucie si besoin entre 6 et 8 Th. Une eau trop dure inhibera le détergent et laissera après séchage, une poudre blanche sur le matériel,
• faible en éléments chlore ou en chlorures : < 20 mgr/l,
• faible en teneur d’éléments minéraux (cuivre et fer principalement),
• se méfier des eaux trop adoucies qui contiennent des chlorures de sodium très corrosifs : (ATTENTION A DEUX ADOUCISSEURS EN CASCADE),
• préférer l’eau permutée ou osmosée pour le rinçage à tout autre système d’épuration.

L’UTILISATION DE BROSSES MÉTALLIQUES ET DE TAMPONS Á RÉCURER POUR LE NETTOYAGE DE L’INSTRUMENTATION EST PROSCRITE.

Pré-désinfection
Il faudra exclure du choix, les produits contenant des phénols, des chlores actifs ou des chlorures : à cause de leur capacité à corroder. Il faudra exclure les aldéhydes pour leur pouvoir de renforcement des Prions à l’action de la vapeur, leur pouvoir allergisant et leur capacité à corroder.
La réalisation de la décontamination :
• Traiter à part les instruments chromés,
• La décontamination doit être effectuée dès que l’instrument a fini de servir,
• La dureté de l’eau doit être comprise entre 4°TH et 8°TH. Une eau dure inhibe l’efficacité anti-microbienne et peut entraîner des dépôts calcaires sur le matériel lors de l’utilisation de certains types de produits,
• La teneur en chlore de l’eau de dilution doit être inférieure à 20 mgr/litre pour éviter tout risque de corrosion de l’instrumentation chirurgicale,
• La teneur de l’eau en éléments minéraux : fer, cuivre, manganèse, doit être la plus faible possible, au risque de voir ces éléments se fixer sur l’instrumentation et lui conférer, au fil du temps, une patine d’aspect bronze ou de rouille,
• Respecter scrupuleusement la concentration qu’il ne faut en aucun cas ni augmenter, ni diminuer au risque de compromettre l’efficacité ou d’accroître les effets indésirables,
• Ne jamais mélanger les produits entre eux, surtout ne pas ajouter de détergent,
• La température du bain doit être, sauf pour les enzymes protéolytiques, d’environ 20° C.
Si l’odeur du produit se diffuse, la température de l’eau est trop élevée et les principes actifs se volatilisent au détriment de l’efficacité.
L’immersion des instruments doit être totale pour que la décontamination soit étendue à toute la surface de l’instrument mais aussi pour éviter l’effet pile entre l’air et l’eau, à la surface du bain, ce qui se traduirait par une amorce de corrosion.
Respecter le temps de trempage. Un temps de trempage trop court compromettrait l’action décontaminante, un temps trop prolongé, avec certains produits corrosifs, induirait une détérioration irréversible de l’instrumentation. En règle générale, quel que soit le produit retenu, le temps d’immersion des instruments ne devra jamais excéder 30 minutes en respectant scrupuleusement la concentration préconisée par le laboratoire.

Stérilisation par hydrolyse
134° C - 18 minutes / (Circulaire DGS / DH n° 100 du 12-12-1995)
Quel que soit le système de production de vapeur, il conviendra de s’assurer par des contrôles et analyses de la pureté de l’eau servant à cette production.
Cette eau doit être :
• de qualité potable, filtrée dans tous les cas,
• d’une dureté n’excédent pas 5 à 7° TH (1TH = 10 mgr de carbonate de calcium / l. d’eau),
• dépourvue d’éléments chlore et de chlorures :
———> < 2 mgr/litre, - d’une teneur en phosphate < 0,5 mg/l, et d’une teneur en éléments minéraux pratiquement nulle :
———> Silice : < 1 mg/l,
———> Fer : < 0.2 mg/l,
———> Cadmium : < 0.005 mg/l,
———> Plomb : < 0.05 mg/l,
———> Métaux lourds sauf plomb, fer, cadmium : < 0,1 mg/l.
Cette eau ne doit contenir :
• ni tanates,
• ni sulfites,
• ni amines,
• ni hydrazine,
• ni chlorures,
• ni permovapoline,
Produits habituellement utilisés par les chauffagistes pour prévenir la corrosion ou remédier à des sédimentations dans les tuyauteries. Ces produits sont très corrosifs pour l’instrumentation chirurgicale mais aussi pour l’autoclave.

Traitement à la sortie du bloc opératoire
Trempage décontamination (entre 15 et 30 minutes mawimum).
Rinçage manuel (douchette - eau froide).
Rinçage en machine (obligatoire).
Lavage en machine
Contrôle du matériel :
• éliminer les instruments mal lavés,
• relaver ces instruments à la main ou aus ultra-sons avec « LANDENE »,
• éventuellement, passage au LANDAX immédiat si traces de corrosion,
• rinçage et séchage manuels,
• lubrification.
Conditionnement.
Stérilisation autoclave.

Nous vous conseillons
Ne jamais laver les instruments avec un produit décontaminant.
Exécuter toujours les deux opérations séparement :
1) décontamination
2) lavage
Le « LANDENE » peut être utilisé journellement en lavage des instruments suivant mode d’emploi donné sur la fiche technique. Nous vous conseillons pour le lavage de nos instruments en machine à laver :
• ANIOS DL TRIENZYMATIQUE
• ANIOSYME DE
• NEODISHER FA
• NEODISHER MEDICLEAN
• DS2P ENZYMATIQUE (LABORATOIRES PHAGOGÈNE)
(cette liste de produits donnée à titre indicatif n’est pas limitative)

Nous vous déconseillons
Nous vous déconseillons les décontaminants à base de :
• PHÉNOLS
• CHLORES ACTIFS
• CHLORURES SOUS TOUTES LEURS FORMES
• ALDÉHYDES

Nous vous conseillons les décontaminants à base d’enzymes protéolytiques. Quelques produits décontaminants sélectionnés par Landanger :
• SALVANIOS PH 10
• ANIOZYME
• PHAGOLASE N D (Attention aux matières plastiques)
• DUROSEPT
• ESCULASE (Attention aux aluminium anodisés)
Pour les instruments devant subir une décontamination prolongée (24 à 48 h) :
• NEODISHER SEPTO SF
(cette liste de produits donnée à titre indicatif n’est pas limitative)

L A N D A N G E R - Rue Renée et Louis Landanger - Téléphone : +33(0)3 25 02 10 10 - Fax : +33(0)3 25 02 10 20 - Email : contact@landanger.com - Mentions légales - Transparence des liens - Plan du site - CGV